Hayek devant la société du Mont Pèlerin

My lords1. Mesdames et Messieurs,

Voici exactement quarante ans, le dernier jour de février2, je développai devant la Political Society du King’s College à Cambridge, l’idée qu’il devrait exister, pour que les contacts internationaux ne soient pas réservés aux étatistes de diverses obédiences, des relations privées entre les penseurs libéraux, et que nous devrions envisager la constitution d’une association que, comme je le remarque dans mon manuscrit, je proposais déjà d’appeler la société Acton-Tocqueville3, deux grands penseurs libéraux du siècle dernier. C’était, bien sûr, au moment où je venais de publier en Angleterre, quelques semaines auparavant, le livre qui devait paraître aux États-Unis un peu plus tard en cette année 1944, La Route de la servitude4. Quelques semaines seulement après ce discours de King’s College, un monsieur George Orwell publia un compte rendu de La Route de la servitude. Je n’irais pas jusqu’à dire que je savais, à l’époque, qu’il était déjà à la recherche d’un éditeur pour son livre fameux5, mais il me semble en tout cas qu’il a beaucoup plus contribué que La Route dans sa forme originale, à provoquer la réaction contre le totalitarisme dont l’histoire de cette société6 est, bien sûr, un élément très important. Ce ne fut qu’un an plus tard, en majeure partie à la suite de la publication de l’édition américaine de La route de la Servitude et bien plus encore de celle de ses extraits dans la version américaine du Reader’s Digest — que je commençai à donner des conférences, d’abord aux États-Unis puis dans le reste du monde, sur le thème de la Route de la servitude.

J’observai alors quelque chose de curieux dans mes déplacements aux États-Unis, puis sur le continent européen : dans presque toutes les villes que je visitais, un individu, un seul, venait me trouver après la séance pour me dire : « Vous savez, je suis complètement de votre avis mais, à ma connaissance, je suis la seule personne qui pense comme ça, et je suis bien content de rencontrer enfin quelqu’un qui partage cette conception libérale traditionnelle. »

La suite sur Contrepoints

Advertisements
Posted in Libéralisme | Leave a comment

Le renard libre dans le poulailler libre

Pour ses opposants, le libéralisme est comparé à une volonté de laisser le « renard libre dans le poulailler libre ». Cette comparaison simpliste est profondément fausse pour plusieurs raisons, qui tiennent à l’incompréhension du sens de libéralisme ou de liberté.

« L’un des mythes français les plus tenaces consiste à considérer que la coopération sociale, c’est-à-dire en fait la coopération entre les individus, n’est pas possible si elle n’est pas organisée par le centre, c’est-à-dire par l’État. Seul, dit-on couramment, l’État est capable d’avoir une vision d’ensemble, une vision à long terme, seul il peut concilier des intérêts qui sont opposés et promouvoir par conséquent une vision du « bien commun ». Sans son intervention la société serait anarchique, elle conduirait à la guerre de tous contre tous, à la domination des forts sur les faibles, à cette étrange liberté du « renard libre dans le poulailler libre ». Ces vagues idées, indéfiniment ressassées, véhiculées dans l’enseignement français, reproduites par certains journalistes en mal d’imagination, sont en réalité fondées sur une confusion intellectuelle si patente qu’elle ne peut être que malhonnête. Elle consiste à assimiler l’existence d’inégalités entre les individus à l’existence d’effets de domination. » (Pascal SalinLibéralisme, 2000)

La suite sur Contrepoints

Posted in Libéralisme | Leave a comment

Le libéralisme au XXè siècle

Sommaire de la page :

I. “Classical Liberalism in the Twentieth Century” écrit par Ralph Raico.

II. A propos de Le libéralisme américain écrit par Alain Laurent.

III. Quelques extraits du livre précédent.

Addendum.

I. “Classical Liberalism in the Twentieth Century”.

Tout d’abord, une traduction du texte de Ralph Raico (ci-contre) intitulé “Classical Liberalism in the Twentieth Century”, the Institute for Humane Studies (Université de George Mason).

1974, F.A. Hayek, alors à l’université de Salzbourg, reçoit la plus prestigieuse des récompenses de la profession : le Prix Nobel en sciences économiques.
1977, le Prix est gagné par Milton Friedman tandis que George Stigler, son ami et collègue à l’université de Chicago, va en être gratifié en 1982.
1986, le Prix échoit à James Buchanan, de l’Université de George Mason, un autre lauréat de Chicago.
[Et il y aura en 1991, R. H. Coase et en 1992, G. Becker].

Sauf peut-être parmi les suffragants malheureux, l’attribution de ces récompenses n’a pas donné lieu à controverse tant les contributions de chacun de ces intellectuels ont été essentielles et éclatantes pour la Science.

Mais un observateur qui se placerait dans une perspective historique et considérerait leurs apports, aurait tout lieu d’être surpris : tous ces hommes ont, d’une manière ou d’une autre, enseigné une philosophie politique qui, quelques décennies plus tôt, était entièrement discréditée – voire méprisée – par la plupart des intellectuels.
Cette philosophie, ce n’est rien d’autre que le libéralisme classique. Son avènement, sa chute, et sa renaissance constituent une histoire passionnante, qui mérite d’être racontée.

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Posted in Libéralisme, théories économiques | Leave a comment

Employment Is Not the Key to Economic Growth

The US unemployment rate stood at 4.3% in July against 4.4% in the month before. The number of unemployed stood at 6.981 million – an increase of 4,000 from June. A relatively low unemployment rate is considered by most experts as an important factor for economic growth.

This way of thinking based on the view that a reduction in the number of unemployed means that more people can now afford to boost their expenditure. As a result, economic activity follows suit. If unemployment is an important driving force of an economy then it is valid to conclude that changes in unemployment are an important causative factor of real economic growth.

shos1_4.PNG

In truth, the main driver of economic growth is an expanding pool of real savings rather than the state of unemployment. Fixing unemployment without addressing the issue of real savings cannot lift the pace of economic growth as such.

According to Mises,

“The sine qua non of any lengthening of the process of production adopted is saving, i.e., an excess of current production over current consumption. Saving is the first step on the way toward improvement of material well-being and toward every further progress on this way.”1

La suite sur Von Mises Institute

Posted in Economie Autrichienne, théories économiques | Leave a comment

La causalité économique inversée en permanence.

1. Prix et quantité de marchandise vont de pair.

Sauf à se situer en socialisme, en économie socialiste, où les hommes de l’état ont choisi, sans raison digne de ce mot, de fixer les prix des marchandises (…un temps… avant que tout s’écroule) – cf. ci-dessous 2.b. La « concurrence » -,
sauf à refuser les notions d’offre et de demande de marchandises, des actions humaines individuelles ou collectives – cf. les théories marxistes -,
le prix en monnaie de quelque marchandise que ce soit ne doit pas être séparé de la quantité ou du nombre de marchandises qui est allé de pair du fait des échanges, des actes d’échange des parties (lesquels cachent des coûts … subjectifs toujours oubliés).

Prix et quantité de marchandise vont de pair, ils résultent des échanges de vous et moi, et privilégier l’un plutôt que l’autre est une grave inexactitude pour ne pas dire une erreur.

Mais elle est ordinaire.

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Posted in Monnaie et finances | Leave a comment

Free Market Masters : Ludwig Von Mises

Posted in Economie Autrichienne | Leave a comment

L’école autrichienne d’économie

Nommée ainsi du fait de la nationalité de ses fondateurs, l’école autrichienne d’économie a joué un rôle unique dans le développement de la doctrine économique au XXe siècle et dans la promotion de l’économie de marché au sein de la droite américaine d’après-guerre. Parmi les plus importantes contributions scientifiques de l’école autrichienne, on trouve l’impossibilité du calcul économique en régime socialiste, la théorie subjective de la valeur, la place centrale du coût d’opportunité dans les choix humains, l’importance du processus de la concurrence, la critique de l’approche macro-économique keynésienne, les origines  des cycles économiques et le rôle essentiel de la déduction logique dans la méthodologie des sciences sociales.

Sur les questions de politique, l’école autrichienne est surtout connue pour sa défense du libre marché contre toutes les interventions du gouvernement, sa défense d’une monnaie saine, du retour à l’étalon-or et des banques libres.

Outre les plus connus, Ludwig von Mises et Friedrich A. Hayek, les économistes dans la tradition autrichienne sont :  Carl Menger, Eugen von Böhm-Bawerk, Richard von Strigl, Wilhelm Ropke, Frank Fetter, Ludwig Erhard, Henry Hazlitt, Murray N. Rothbard, et Israel Kirzner. Le nombre d’économistes universitaires qui se considèrent comme proches de l’école autrichienne est important et croissant, bien que ces économistes restent une minorité dans la profession.

La suite ici

Posted in Economie Autrichienne | Leave a comment