La nature de la monnaie selon Ludwig von Mises (1/3)

Entre les débauches monétaires des banquiers centraux et la Théorie monétaire moderne, il est utile de revoir les thèses classiques pour se vacciner contre la folie.

Par Jörg Guido Hülsmann.

En tant qu’authentique disciple de Carl Menger, Ludwig von Mises débuta la présentation de sa théorie monétaire par une analyse de la nature de la monnaie. Il poursuivit par la question du pouvoir d’achat d’une monnaie et de l’effet sur le système monétaire des instruments fiduciaires, c’est-à-dire les moyens de paiement non adossés à un actif réel, ce qu’il appelait Umlaufsmittel.

Mises s’est beaucoup appuyé sur le travail de Carl Menger pour traiter du sujet de la nature de la monnaie. Carl Menger, le père fondateur de l’École autrichienne d’économie, expliquait que la monnaie ne peut être définie en fonction simplement des caractéristiques physiques des métaux ou autres marchandises utilisées en tant qu’instrument d’échange.

D’après lui, pour qu’une marchandise puisse être utilisée comme une monnaie, elle doit être

  1. une matière première
  2. utilisée comme moyen d’échange intermédiaire
  3. principalement achetée et vendue dans le but précis de pouvoir réaliser de tels échanges.

Menger a également mis en avant le fait que la monnaie émerge spontanément dans un marché libre pour apporter une solution au fait que les besoins des agents économiques coïncident rarement de façon simultanée. Un moyen d’échange intermédiaire est par exemple nécessaire lorsqu’un artisan fabricant de chaises a besoin d’acheter des œufs, mais que le fermier ne souhaite pas avoir de chaises supplémentaires, ou lorsqu’un peintre désire acheter une bière auprès d’un brasseur, mais que ce dernier n’apprécie pas son art. Ils ont donc intérêt à vendre dans un premier temps leur production en échange de matières premières, telles que le sel, le blé, ou des pièces d’argent, afin d’utiliser ultérieurement ces « instruments d’échange » pour acheter des œufs ou de la bière.

Ceci implique que l’existence d’un système monétaire est possible sans intervention du gouvernement et sans l’existence au préalable d’un contrat social.

 

 

La suite sur Contrepoints

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s