Carl Menger, fondateur de l’école autrichienne d’économie

Carl Menger est non seulement le fondateur de l’École autrichienne d’économie, mais aussi l’un des pionniers de la science économique moderne par la publication de son ouvrage classique, Principes d’économie politique, en 1871. Comme ses disciples qui lui succèderont, Carl Menger, né en 1840 dans l’empire austro-hongrois, est à la fois un homme de pensée et d’action. Il a débuté sa carrière comme journaliste, avant d’être successivement employé dans un ministère, universitaire, tuteur du prince héritier de la couronne impériale, et conseiller économique du gouvernement autrichien. Parmi ses multiples contributions à la pensée économique, on peut en retenir trois.

La première, au début des années 1870, a marqué l’histoire de la science économique en raison d’une coïncidence remarquable : trois intellectuels vivant dans trois pays différents d’Europe et qui ne se connaissaient pas ont fait une découverte simultanée concernant la notion de valeur. Avec Menger, le Suisse Léon Walras et l’Anglais Stanley Jevons ont compris que la valeur d’un bien ne dépend pas de la quantité de travail qu’on a consacré à sa production, comme le soutenaient les économistes classiques de Smith à Marx, mais de l’utilité qu’attribuent les consommateurs à l’obtention d’une unité additionnelle de ce bien. C’est cette quantité additionnelle « à la marge » qui compte, et c’est pourquoi on a décrit cette découverte comme la « révolution marginaliste ».

LA SUBJECTIVITÉ DE LA THÉORIE DE LA VALEUR

Parmi les trois découvreurs, Carl Menger est celui qui a le plus mis l’accent sur l’aspect subjectif de la théorie de la valeur. Elle permet de comprendre de nombreux phénomènes économiques auxquels nous sommes confrontés au quotidien. À partir d’un raisonnement en termes d’utilité marginale décroissante (plus je consomme d’un bien, moins je retire de l’utilité à la prochaine unité consommée), on peut ainsi expliquer pourquoi l’eau dans un désert aura un prix élevé, tandis qu’à côté d’une source où elle est abondante, le prix sera faible. La rareté contribue à expliquer la valeur.

Pour prendre un exemple contemporain, pourquoi le prix d’un déplacement avec le service Uber peut-il devenir soudainement plus élevé en l’espace de quelques minutes, alors que rien n’a changé dans le coût de produire le service ? C’est tout simplement parce que dans certains contextes, par exemple lorsqu’il pleut, on retrouve soudainement plus de consommateurs prêts à payer davantage pour ce mode de transport parce qu’ils accordent une valeur plus grande à un déplacement additionnel. Cela fait grimper les prix, ce qui attire des conducteurs inoccupés prêts à profiter de cette demande. C’est ainsi que le marché tend vers une meilleure satisfaction des consommateurs lorsque les prix sont flexibles et reflètent mieux la valeur du bien.

La deuxième contribution originale de Menger est de nature méthodologique. Il s’opposait à l’école historique allemande qui considérait que l’on ne pouvait comprendre l’économie qu’en se basant sur l’histoire des faits. À l’inverse, selon l’Autrichien, on peut, à partir de la logique, déduire des lois générales pour comprendre les phénomènes économiques complexes. La théorie nous fournit les outils qui nous aident à mieux analyser les faits en les organisant de manière cohérente afin d’en déduire des lois plus générales.

La suite sur Contrepoints

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s