La causalité économique inversée en permanence.

1. Prix et quantité de marchandise vont de pair.

Sauf à se situer en socialisme, en économie socialiste, où les hommes de l’état ont choisi, sans raison digne de ce mot, de fixer les prix des marchandises (…un temps… avant que tout s’écroule) – cf. ci-dessous 2.b. La « concurrence » -,
sauf à refuser les notions d’offre et de demande de marchandises, des actions humaines individuelles ou collectives – cf. les théories marxistes -,
le prix en monnaie de quelque marchandise que ce soit ne doit pas être séparé de la quantité ou du nombre de marchandises qui est allé de pair du fait des échanges, des actes d’échange des parties (lesquels cachent des coûts … subjectifs toujours oubliés).

Prix et quantité de marchandise vont de pair, ils résultent des échanges de vous et moi, et privilégier l’un plutôt que l’autre est une grave inexactitude pour ne pas dire une erreur.

Mais elle est ordinaire.

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Monnaie et finances. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s