Une boussole en temps de crises: l’essence de l’école économique autrichienne

MICHAEL VON PROLLIUS

 

RAPPORT. L’économie politique de la liberté offre une orientation pratique sur de nombreux défis contemporains.

Le monde ne manque pas de crises. D’un point de vue européen, cette observation vaut certainement pour l’extérieur, aux frontières du continent et au-delà, notamment au Proche-Orient. Elle vaut cependant aussi pour la situation de l’Union européenne et de certains de ses États-membres. L’attrait relatif des mouvements populistes est le symptôme d’une crise du trop d’État, d’une politique centralisatrice et d’une démocratie de masse qui ne connaît plus ses limites. La menace du protectionnisme fait à nouveau parler d’elle. Les réformes d’États-providence démesurés continuent de se faire attendre. La crise de l’euro n’est pas encore surmontée. Pour tous ces problèmes, les propositions de manquent pas, mais les économistes se contredisent. Le monde manque d’orientation.

Il est bien connu que l’histoire est la meilleure des enseignantes, mais qu’elle a les plus mauvais élèves. Bien souvent, les mêmes erreurs sont répétées encore et encore. D’où l’importance d’une doctrine politique qui soit fondée sur le plan économique, ou d’une doctrine économique qui contienne des perspectives politiques. Marx est une aberration, mais beaucoup plus connu que Mises. Cela n’empêche pas que Ludwig von Mises (1881-1973) soit considéré par certains comme le plus grand économiste du XXe siècle. Réfugié à Genève dans les années 1930, puis à New York, il a cependant beaucoup plus à offrir que la seule économie. En tant que l’un des principaux protagonistes de l’école «autrichienne» d’économie (nommée ainsi en raison de ses origines viennoises), il n’a pas seulement réfuté Marx de fond en comble. Il offre également, avec de nombreux autres penseurs de la même tradition, dont le lauréat Nobel Friedrich Hayek, une perspective sur les crises qui, à l’instar d’une boussole, peut servir d’orientation dans de nombreuses situations. Les crises et le chaos ne sont d’ailleurs rien d’inédit pour les «Autrichiens».

 

La suite ici

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne, Non classé. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s