Le taux d’intérêt “négatif” : encore un hochet pour être tranquille ?

Depuis bien longtemps, il a été admis que l’activité des échanges était coûteuse (cf. Ulph et Ulph, 1975).

Et J.B. Say (1815) n’hésitait pas à définir ce qu’on dénommait “monnaie” comme un “intermédiaire des échanges” (sous-entendu, … pour l’amoindrir).

Malgré cela, jusqu’à récemment (décennie 1960), les économistes ont laissé de côté le coût des échanges (hypothèse en opposition avec le simple bon sens, des économistes de la “théorie de l’équilibre économique général”, de L. Walras à G. Debreu).
Ils ne l’ont pas pris en considération jusqu’à D.K. Foley (1970) si l’on en croît Ulph et Ulph (1975).

Les économistes de la théorie macroéconomique y sont restés insensibles.

Pour leur part, les économistes “monétaristes” ont fait l’hypothèse que le coût de ce qu’on dénomme “monnaie” était nul (“hypothèse monétariste”…).

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in monnaie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s