La course poursuite infernale…

Aujourd’hui, ce qu’on dénomme abusivement “monnaie” (sigle C.Q.D.A.M., cf. ce texte de mai 2015) et sa quantité sont dénaturés par les décisions des législateurs et, en conséquence, difficiles à comprendre pour l’honnête homme.

Une double chose est certaine : la monnaie d’hier a été détruite, la monnaie n’existe plus.

1. Les législateurs.

Depuis bien longtemps, l’instauration d’instruments juridiques qu’aucun des initiateurs de ceux-ci ne saurait justifier avec de bonnes raisons, a  réglementé C.Q.D.A.M. à défaut de pouvoir expliquer ses tenants et aboutissants économiques.

Ces réglementations, dont l’accélération du nombre n’a jamais été aussi importante qu’au XXème  siècle, ont eu bien évidemment des effets économiques désastreux dont il n’est jamais question dans les discours et dont nous supportons les coûts …

Dernier exemple en date : la “zone €uro” depuis 1999 (cf. ce texte de novembre 2015 et celui-ci de juillet 2015).

La suite sur le blog du professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in monnaie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s