La “valeur”, “bouteille à l’encre” … à la mer de l’économie politique.

Feu point de départ de l’économie politique, la notion de “valeur”.

Désormais, dans ce qui reste de l’économie politique non déformé ni dénaturé par les hommes de l’état et leurs acolytes, soit le mot est oublié, soit il est éclaté en mille bougies non idoines.

La “valeur” est ainsi devenue une “bouteille à l’encre” … à la mer de l’économie politique, les deux démarches précédentes se complétant.
I. Les caractéristiques économiques de la “valeur”.

Revenons, pour fixer les idées, aux premières définitions que des économistes lui avaient données .

Il résultait de leurs travaux que, par “valeur”, il fallait entendre et comprendre :
– “chose”,
– “quantité de chose”,
– “marchandise”,
– “taux de quantités de choses”,
– “prix d’une marchandise en autre marchandise”,

– “prix d’une marchandise en monnaie”,
– “utilité d’une quantité de chose”,
– “taux d’utilités de deux quantités de choses”,
– “profit” d’une action,
– “coût” d’une action, ou enfin

– “perte” d’une action …

que la personne jugeait, tacitement ou non, “bien” ou “mal”.

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in JB Say, Pareto and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s