Un des maux politiques

Beaucoup se félicitent aujourd’hui
– de la baisse du prix en monnaie du baril de pétrole (cf. par exemple http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-27/zero-inflation-looms-again-for-ecb-as-oil-drop-counters-stimulus),
– des taux d’intérêt nuls, ou presque, décidés par les banques centrales, et
– de la baisse du prix de l’€uro en “monnaies” autres.

Hier ils ne savaient que faire contre les phénomènes opposés.

Aujourd’hui, ils anticipent, selon les conséquences qu’ils en tirent plus ou moins sans raison, le renouveau de la croissance économique en France.

Ils oublient au passage les prix réglementés par les hommes de l’état qui continuent à être appliqués comme en matière d’organismes de la sécurité sociale ou, depuis peu, en matière de logements dans les grandes villes.
Qu’à cela ne tienne.
Peu s’interrogent surtout sur la doctrine nouvelle qui a vu le jour au XXème siècle et qui voulait que
– les prix en monnaie des marchandises n’importassent point en économie politique et
– la monnaie, l’intérêt et l’emploi devinssent le totem de la causalité économique.

La suite sur le blog du professeur  Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Monnaie et finances and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s