4 mythes économiques qui perpétuent la crise de l’euro

Trop de commentaires à propos de la crise grecque se sont concentrés sur la question de la sortie de la Grèce de la zone euro et trop peu sur les problèmes structurels résultant de décennies de socialisme. Pendant ce temps, le gouvernement grec a emprunté plus que le peuple grec ne peut rembourser, et qu’une dévaluation ne fera pas disparaître. Au contraire, plus d’argent facile nuira davantage.

La meilleure chose que l’Europe et la Grèce puissent faire maintenant est d’affronter les sophismes qui ont trop longtemps pollué le débat sur la Grèce, l’euro, l’austérité et la dette. Ci-dessous quatre idées fausses parmi les plus néfastes :

1- l’euro est trop fort pour la Grèce

Cette affirmation est généralement accompagnée d’une référence à une productivité grecque plus faible que les pays du nord de l’UE. Le raisonnement sous-jacent présente l’euro comme une monnaie qui ne convient pas à des pays aux niveaux de productivités trop éloignés. Il en découle ainsi une recommandation de sortir la Grèce de l’union monétaire européenne et rétablir la drachme. La Banque de Grèce établirait un taux de change très bas, rendant les produits grecs plus compétitifs.

Il y a bien de quoi tenir un semestre grâce aux sophismes économiques impliqués dans cette suite logique. Une monnaie est un moyen indirect d’échange. Deux pays avec des niveaux de productivité différents peuvent utiliser le même moyen d’échange, comme cela se fait entre deux individus. Vous allez payer le fils de votre voisin pour tondre votre pelouse avec des euros que vous avez gagné dans un métier à forte valeur ajoutée et forte rémunération. Et pourtant vous utilisez tous les deux des euros. Il n’y a pas de raison pour que les Grecs et les Allemands n’utilisent pas la même monnaie. À l’époque de l’étalon-or, les monnaies nationales avaient une parité fixe par rapport à l’or et pouvaient s’échanger librement ; ainsi, dans les faits, tous les pays utilisaient la même monnaie, à savoir l’or.

La suite sur Contrepoints

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s