La crise toujours recommencée.

1. Les prix en monnaie des marchandises ont longtemps intéressé les économistes dans le passé.

Ils les ont intéressés sous un angle très important, mais en général oublié aujourd’hui.
C’est, en effet, celui que le prix en monnaie d’une marchandise n’est jamais qu’une quantité de monnaie unitaire convenue ou consentie entre au moins deux personnes juridiques physiques, il en est synonyme.

2. Cette quantité de monnaie unitaire est à mettre en parallèle avec la quantité de monnaie en circulation, i.e. en échange, entre les mêmes.

A chaque instant, les quantités de monnaie unitaires ne sont ainsi rien d’autres que, à un facteur près (les quantités de marchandises échangées elles-mêmes), des échanges de quantités de monnaie qui changent de mains.

La suite sur le Blog du professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in théories économiques and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s