L’amalgame contre la croissance économique.

1. Les faits.

Devant l’abondance des faits qui s’offrent à lui, le savant a une alternative:
– soit étudier ceux qui lui paraissent les plus pertinents (cf.Poincaré, Science et méthode, 1908),
– soit amalgamer des faits, cernés d’une façon ou d’une autre par ses soins ou par ceux d’autres, les agréger via l’idée fausse de l’interdisciplinarité (cela dans le meilleur des cas; dans le pire…).

Avec la première démarche sur quoi il a insisté, Henri Poincaré a fait toucher du doigt aux savants qui ne s’en doutaient pas, leur infirmité face à l’abondance des faits.
Pour le savant, le problème n’est pas, en effet, la rareté des choses, comme le soulignent des économistes en postulat, mais l’abondance des faits à quoi sont confrontés tous les savants, y compris les économistes …

La suite sur le Blog du Professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in théories économiques and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s