L’école autrichienne d’économie, une présentation (2) : Une autre conception de l’économie

Vue de l’extérieur, la tradition autrichienne est connue (plus ou moins) pour trois composantes. La plus connue est une théorie des cycles économiques, selon laquelle les crises sont la conséquence obligée des bulles, qui résultent elles-mêmes intégralement des manipulations de la monnaie et du crédit par l’État. Viennent ensuite sa position « ultralibérale », selon laquelle toute intervention de l’État dans l’économie est contre-productive et doit être proscrite. Enfin une méthode réputée « non scientifique », ce qui est censé invalider les positions substantielles qui précèdent.

En réalité, c’est précisément cette méthode qui est au fondement de la tradition autrichienne et la sépare radicalement de l’orthodoxie contemporaine. Elle part d’une réflexion épistémologique – la définition de l’économie en tant que discipline – et d’une réflexion ontologique – les caractéristiques des objets et des phénomènes dont traite cette discipline –  pour en déduire les méthodes qui permettent d’atteindre les objectifs de la discipline étant donné la nature de son objet. Sur tous ces points, la tradition autrichienne prolonge et explicite les conceptions des classiques, des Scolastiquesdu XVIe siècle à John Stuart Mill, David Ricardo et au-delà, en passant notamment par Turgot, Adam Smith et Jean-Baptiste Say.

La suite sur Contrepoints

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s