Contradiction et autre antagonisme.

1. Un demi-siècle.

Murray Rothbard (1962) a eu l’occasion d’être très sévère, mais juste, sur la notion d'”équation des échanges” développée par Irving Fisher (1911).
La notion était bourrée d’erreurs économiques comme il l’a montré dans le chapitre qu’il y a consacré (cf. ce texte d’octobre 2014).

Ses travaux sur le sujet ont été ignorés, au moins en France, en presque totalité.
J’en ai fait les frais.

Dans le monde, ils n’ont pas été écoutés, semble-t-il, quand ils étaient connus.

Aujourd’hui, l'”équation des échanges” continue à être le socle à partir de quoi des économistes, ou prétendus tels, font des calculs.

En particulier, ils calculent les taux de change entre les “monnaies étatiques” pour déterminer les “bons” (cf. Jean Claude Trichet, quand il était responsable de la Banque centrale européenne, qui était sensible au marché du travail…).

La suite sur le Blog du professeur Georges Lane

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in théories économiques and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s