Merkel ou Tsipras ? | Vertus et réussites de l’ordolibéralisme allemand

Analyse | Comme à l’accoutumée, la sphère politico-intellectuelle française a accueilli avec sympathie les revendications du nouveau gouvernement grec et critiqué le moralisme des conceptions économiques allemande. Bien au contraire, la situation économique française nous invite à redécouvrir les vertus de l’ordolibéralisme allemand | Par Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More

Encline au sinistrisme et au laisser-aller économique, la sphère politico-intellectuelle française a accueilli avec une certaine sympathie les revendications d’Alexis Tsipras et du nouveau gouvernement grec. Alors que l’Eurogroupe négociait avec son ministre des finances, les sempiternels commentaires sur la « rigidité » d’Angela Merkel, la « raideur » de Wolfgang Schäuble et le supposé moralisme économique allemand ont, comme à l’habitude, animé le débat français. Au vrai, les réussites de notre voisin allemand, allié et partenaire, devraient plutôt appeler l’attention sur les vertus de l’« ordolibéralisme ». École de mesure et de modération, sous-tendue par une réflexion métaphysique, cette version éthique et volontaire du libéralisme est une source d’inspiration pour un authentique programme de réformes économiques et sociales.

La suite sur l’institut Thomas More

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in théories économiques and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s