Déflation : critique du monétarisme et approche autrichienne

L’inflation et la déflation reviennent sur le devant de la scène avec les craintes d’un retour de la déflation. C’est l’occasion de revenir sur ces concepts comme inflation ou déflation qui ne sont pas source de conflit simplement entre le camp keynésien et le camp libéral, mais également à l’intérieur même du camp libéral entre les autrichiens et les monétaristes.

La règle monétaire qui avait été édictée par Milton Friedmancorrespond, grosso modo, à une augmentation de l’offre de monnaie par la banque centrale équivalente à une augmentation du volume de production, afin de garantir la stabilité des prix. On ne peut reprocher aux économistes monétaristes d’avoir prouvé que la création monétaire ne débouche sur le long terme que sur de l’inflation, même si celle-ci donne l’impression d’une plus forte activité économique sur le court terme. Voilà pourquoi les monétaristes ont préconisé cette règle monétaire de Friedman. Ainsi les autorités monétaires préviennent à l’avance les acteurs économiques du taux de croissance de la masse monétaire. Les autorités monétaires donnent ainsi des informations fiables et permettent d’éviter l’instabilité qui résulte d’une politique monétaire discrétionnaire, non attendue par les acteurs économiques.

La suite sur Contrepoints

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s