Livre de Jacques Rueff : Le lancinant problème des balances de paiements (1965)

Il était une fois, dit Bastiat – cela commence comme un conte de fées, et c’en est un, en effet, puisque l’on y trouve le secret magique qui permet de mettre en excédent les balances commerciales de tous les pays, donc de combler les vœux de tous les chefs de gouvernement, de tous les ministres et de toutes les Chambres de commerce du monde.

Il était une fois, donc, un capitaine au long cours qui transportait des marchandises entre la France et l’Angleterre. C’était l’époque où les commandants de navires achetaient leur cargaison et allaient la vendre à l’étranger. Celui-ci était un bon commerçant et un bon marin. Il acheta du vin de Bordeaux, qu’il choisit avec soin, et le paya un million. Puis il mit le cap sur l’Angleterre et la douane vigilante enregistra, à la sortie du port, une exportation d’un million.

Le navire accosta sans heurt les rives de la Tamise et le capitaine vendit aussitôt son chargement à de fins connaisseurs, qui lui donnèrent, en livres sterling, l’équivalent de deux millions de francs.

La suite sur l’Institut Coppet

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Les libéraux français and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s