L’impératif de contrer Big Brother

PHILIPPE NEMO

La technologie informatique et audiovisuelle devrait être au service de la société et non un outil de contrôle et de répression.

Depuis quelques années, les progrès de l’informatique et de l’électronique ont créé une situation entièrement inédite dans l’histoire des sociétés développées. Une «révolution de velours» a eu lieu qui a singulièrement diminué les libertés publiques.

Grâce aux puissants moyens combinés de l’informatique et de l’audiovisuel, nous sommes désormais suivis à la trace par toutes sortes d’officines publiques et privées. Tous les actes de notre vie personnelle et professionnelle, presque sans exception — achats, ventes, dépenses diverses, déplacements en train, avion, voiture, présence dans les rues, devant des magasins ou ­divers édifices, montées dans les ascenseurs et descentes dans les parkings, communications téléphoniques, e-mails, retraits d’argent, mouvements bancaires, etc., sont enregistrés, stockés et traités à diverses fins par des tiers inconnus de nous. La Guépéou et la Gestapo en avaient rêvé; l’informatique l’a fait.

La suite sur l’Institut Libéral

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Les libéraux français and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s