L’EFFET RICARDO

L’effet Ricardo dans la théorie autrichienne n’a aucun rapport avec le théorème d’équivalence ricardienne développé par R. Barro sur l’équivalence de l’effet entre l’emprunt et l’impôt sur la consommation.  L’effet Ricardo est une analyse du mouvement des prix relatifs et du salaire réel pour expliquer le retournement du cycle.

L’effet Ricardo est, dans la théorie hayekienne du cycle[1], un concept clé pour comprendre les retournements de conjoncture. Le travail et le capital sont en perpétuelle concurrence : la demande de facteurs de production est liée à l’évolution du prix relatif du travail et du capital. La proposition de Ricardo est : si le taux salaire augmente, alors cela provoquera une substitution du capital au travail et inversement.

Le cycle est dû selon Hayek à la situation institutionnelle du marché du crédit. La baisse du taux d’intérêt de marché en dessous du taux d’intérêt naturel provoque une expansion au niveau des industries situées très en amont de la consommation. Le retournement sur le marché du crédit est marqué par la hausse du taux d’intérêt de marché au-dessus de la valeur du taux d’intérêt naturel. Cela traduit, l’excès de demande de fonds prêtables des entrepreneurs au regard de la quantité d’épargne réelle disponible. Ce retournement est accompagné d’une modification dans la répartition des flux entre les investissements en capital fixe (capital) et les investissements en capital circulant (travail). Au départ du cycle, les entrepreneurs se sont engagés dans des processus longs de production exigeant de forts investissements en capital fixe. Cela provoque la hausse du prix des biens de production ce qui rend les méthodes de production intensives en capital, de moins en moins rentables.

Dans la phase finale de l’expansion, le retournement est dû aux entrepreneurs qui cessent d’employer des méthodes intensives en capital, pour utiliser des méthodes intensives en travail. Ce changement est causé par la hausse du prix du capital relativement aux salaires durant l’expansion. Hayek se fonde sur le fait que les marchés de matières premières et de biens de productions ainsi que les autres industries de rang élevé sont relativement plus capitalistiques que les industries de rang inférieur. Lorsque la demande pour les biens de production s’effondre et que la demande pour les biens de consommation augmente, un arrêt du crédit peut aggraver les problèmes de liquidités de l’économie.

La suite ici

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s