Ludwig von Mises, “Monnaie, méthode et marché”

La critique fondamentale à l’encontre l’approche macro-économique, qui demeure dominante aujourd’hui, porte sur le fait que les éléments agrégés entrant dans cette analyse n’ont en eux-mêmes aucune existence en dehors des calculs menés par les économistes. Le « niveau des prix », par exemple, est une moyenne statistique arrêtée à un instant t d’une sélection de prix affectés de coefficients. Mais les individus ne sont jamais confrontés sur le marché à un quelconque « niveau des prix ». Ce qu’ils ont à appréhender est une gamme de prix déterminés représentant les ratios d’échange entre la monnaie et chacun des autres biens ou services. Toute variation mesurée dans le « niveau des prix » ne peut être qu’une moyenne établie ex post à partir d’une série de variations dans les prix individuels. Les facteurs causaux ayant entraîné les changements dans les décisions des agents auront été des altérations dans des ratios d’échange individuels et spécifiques entre la monnaie et divers biens, et non un « niveau des prix » statistique établi par un analyste économique a posteriori, lorsque les changements dans les prix individuels auront déjà exercé ou seront toujours en train d’exercer leurs effets sur l’économie.

La suite sur l’Institut Coppet  (ouvrage en PDF)

Advertisements

About ecoparis

Un groupe de chercheurs en économie autrichienne
This entry was posted in Economie Autrichienne and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s